SMDI DANS LE JOURNAL L'ECONOMISTE DU 31 MAI 2014

LE TUNING S’AFFINE AUTOUR DE LA TPE

-ENCOURAGEMENT DE L’AUTO-ENTREPRENEURIAT
-11 MILLIONS DE DH DE PRÊTS D’HONNEUR OCTROYÉS DANS LE SOUSS
-DES INITIATIVES LANCÉES DANS D’AUTRES RÉGIONS GRÂCE AU RÉSEAU MAROC MOBADARATES

L’accès au financement est l’obstacle majeur que rencontrent les TPE. Ce constat, encore une fois renouvelé lors de la 2e édition du Forum international de la TPE (FITPE) à Agadir, semble toutefois avoir trouvé des alternatives dans la région. En effet, grâce à l’Association Souss Massa Draâ Initiative (SMDI), des aides financières sont apportées aux porteurs de projets.

Il s’agit d’un prêt d’honneur qui peut atteindre 70% de l’investissement physique qui comprend le coût global du projet et les besoins en fonds de roulement. Ce prêt de 100.000 DH est sans intérêt et sans garantie. L’Association est d’ailleurs en train d’œuvrer pour remonter le montant à 150.000 DH. Les prêts d’honneur peuvent être donnés aux personnes désireuses de créer une entreprise individuelle, que ce soit personne physique ou morale. Le remboursement se fait sur un délai maximum de quatre ans, avec un différé de six mois. Inspirée de l’expérience française des plateformes d’initiatives locales fédérées sous le nom d’Initiative France, SMD Initiative a permis, en six ans d’existence, d’aider à la création de plus de 200 entreprises, générant quelque 600 emplois. Plus de 11 millions de DH de prêts d’honneur ont déjà été octroyés dont 4 millions de DH remboursés à 100% par les entreprises bénéficiaires. Afin d’encourager ces jeunes entrepreneurs qui se sont acquittés honorablement de leur dû, SMD Initiative va les soutenir auprès des banques afin qu’ils bénéficient de prêts bancaires plus importants.
Un statut d’auto-entrepreneur qui comprend des mesures
fiscales sera bientôt mis en place par le ministère de
l’Industrie et du Commerce. Cela permettra de favoriser
les initiatives et de réduire le poids de l’informel

Désormais, des plateformes similaires à SMDI ont été lancées dans d’autres villes du pays, par le biais du réseau «Maroc Mobadarates», créé à l’initiative de l’Agence de développement social. «L’enjeu des prochaines années est de doubler les efforts pour installer une véritable synergie entre tous les intervenants dans l’entrepreneuriat et d’encourager plus de créateurs de passer du secteur informel au secteur formel», explique Mohamed El Moudene, président de l’Association SMDI. «Notre optique est de créer un vrai modèle de partenariat public-privé», a-t-il ajouté.
Cette seconde édition du forum de la TPE a connu une affluence massive de jeunes porteurs de projets qui ont ainsi pu se familiariser avec les produits et services proposés, les banques, assurances, informatique ou encore assistance technique. «Notre participation à cet événement émane de la volonté du gouvernement de donner une attention particulière aux TPE que le plan d’accélération industrielle 2014/2020 met au centre de la stratégie», a déclaré Mamoune Bouhdoud, ministre délégué auprès du ministre de l’Industrie, du Commerce, chargé des Petites entreprises et de l’Intégration du secteur informel. La tutelle va d’ailleurs bientôt mettre en place un statut d’auto entrepreneur, qui comprendra des dispositions fiscales en faveur de l’auto-entrepreneuriat. Ce qui permettra de réduire le poids de l’économie informelle, le taux de chômage et de développer l’esprit entrepreneurial grâce à l’auto-emploi. Pour rappel, après Agadir, d’autres escales sont prévues, à Tanger, le 21 juin, à Khouribga, le 20 septembre, à Oujda, le 25 octobre, et à Meknès, le 22 novembre.


Fatiha NAKHLI

www.leconomiste.com